masters de Lucrecia Martel au Bozar

RÉTROSPECTIVE DE LA RÉALISATRICE LUCRECIA MARTEL AU BOZAR

Dimanche 24/02/2019 à 16h
Lundi 25/02/2019 à 19h
Mardi 26/02/2019 à 19h

Lucrecia Martel sera à Bruxelles pour la première fois du 24 au 26 février prochain et présentera plusieurs de ses œuvres encore inédites en Belgique. BOZAR consacrera trois soirées à la cinéaste, qui accompagnera la projection de ses films.

masters de Lucrecia Martel au BozarLucrecia Martel (1966) n’a réalisé à ce jour que quatre long métrages de fiction. Pourtant elle est considérée par la critique internationale comme l’une des réalisatrices majeures des années 2000. Ses quatre films ont tous été distingués par les grands festivals internationaux de cinéma (Berlin, Cannes et Venise) depuis 2001.

En 2001, le  premier long métrage de Lucrecia Martel, La Ciénaga, fut une révélation ! Lucrecia Martel s’est imposée dès ce moment comme une réalisatrice prodige et l’une des figures marquantes du cinéma argentin. La reconnaissance du travail de Lucrecia Martel symbolise le renouveau du cinéma argentin qui, dans un contexte post-dictatorial,  rayonne grâce à une nouvelle génération  de cinéastes comme  Lisandro Alonso, Fabian Bielinzky, Albertina Carri, Santiago Loza, Pablo Trapero ou encore Martin Rejtman. Ces jeunes talent partageaient  une créativité bouillonnante et une irrépressible envie de montrer et raconter leur pays.

Dans ses trois premiers longs métrages (La Ciénaga, La Nina Santa et La Mujer sin Cabeza) , Lucrecia Martel met en scène les relations humaines dans la bourgeoisie argentine à travers l’histoire de trois femmes soumises à la pression asphyxiante d’une société bienpensante et sur le fil du rasoir.

À travers ses réalisations, que l’on pourrait qualifier de sensualistes et d’elliptiques, elle explore des thèmes tels que le patriarcat, la religion, la crise existentielle de la classe moyenne, les différences sociales et le post-colonialism.

Avec Zama , son dernier film après 9 ans d’absence et présenté à Venise en 2017,  Lucrecia Martel change de registre et propose une fresque historique minimaliste et décalée dont le personnage central est, cette, fois un homme. Pedro Almodovar, grand admirateur de la cinéaste, a coproduit ce dernier opus.
Zama est une œuvre majeure. Un des meilleur film de 2018 selon le The New York Time.

LANGUE
Anglais, Français, Espagnol

SOUS-TITRES
Anglais

PROGRAMME
24/02/2019 : La Mujer sin Cabeza (The Headless Woman ) + in-depth conversation with Lucrecia Martel
25/02/2019 : Años Luz (Light Years) + courts-métrages
26/02/2019 : Zama + Q&A avec Lucrecia Martel

PRIX : 8 €
LIEU : BOZAR (Palais des Beaux-Arts)
Rue Ravenstein 23 – 1000 Bruxelles

INFOS ET RÉSERVATION : BOZAR